L’analyse de sources ouvertes, définie comme OSINT (Open Source INTelligence), permet d’avoir accès à un éventail de renseignements, qui si l’on sait comment les recueillir, stocker et analyser, peuvent constituer un atout, en particulier pour les sociétés qui profitent de cette méthodologie afin d’analyser les marchés, fournisseurs, partenaires et clients. Il peut également être utile de contrôler sa propre marque et sa propre image en vue de pouvoir instaurer des politiques de gestion des crises ou de reprise après sinistre dans les plus brefs délais. Les sociétés visées par les réseaux sociaux et les journaux nous ont affirmé récemment qu’il faut vérifier sa propre réputation pour éviter les problèmes dans l’entreprise et l’image.

 

Ces dernières années, la numérisation des informations et le partage en temps réel, où chacun peut prendre des photos, rédiger, rapporter, sur diverses plateformes, blogs, réseaux sociaux, s’avère être une arme puissante que les gens et les sociétés ne peuvent plus sous-estimer.

 

Aujourd’hui, la civilisation occidentale, et non, se manifeste en tant qu’énorme vivier d’OSINT, à la fois technologique (on pense à la technologie à double usage de certaines sociétés), socio-politique et anthropologique. La relation entre les puissances régionales émergentes et renaissantes telles que la Chine et la Russie, n’est pas simplement une relation économique ou politique : elle est géostratégique.

Kriptia s’occupe depuis des années de la rédaction de rapports de notoriété et de la recherche d’informations d’Internet, en utilisant des méthodologies et outils novateurs tels que des logiciels toujours à jour. Ces services permettent aux sociétés de : sélectionner les employés/membres/fournisseurs, contrôler l’image de l’entreprise, la situation de notoriété des membres/fournisseurs, la recherche d’informations et tout ce qui est utile à la société, en Italie et à l’étranger.